Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de GUYLENE ROBERT DELISLE
  • Le blog de GUYLENE ROBERT DELISLE
  • : Une toile est pour moi comme un voyage intime
  • Contact

Droits d'auteur

 

Les dessins, tableaux, images figurant sur ce site sont la propriété exclusive de leur auteur. « Toute reproduction totale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits est illicite. » (article L.122.4) Conformément à l'article 1 de la loi du 11/03/57 : « L'auteur jouit d'un droit de propriété au seul fait de sa création. » Merci de me contacter si besoin.

Recherche

31 août 2015 1 31 /08 /août /2015 10:59
J'ai pris mes pinceaux et mon aquarelle et me suis lancée dans le jeu d'eau et de pigment, j'aime ce résultat aléatoire de forme  et de couleur.
J'ai pris mes pinceaux et mon aquarelle et me suis lancée dans le jeu d'eau et de pigment, j'aime ce résultat aléatoire de forme  et de couleur.

J'ai pris mes pinceaux et mon aquarelle et me suis lancée dans le jeu d'eau et de pigment, j'aime ce résultat aléatoire de forme et de couleur.

Pluie ou matin frais, tout n'est que jeu d'eau et de couleurs...
Pluie ou matin frais, tout n'est que jeu d'eau et de couleurs...

Pluie ou matin frais, tout n'est que jeu d'eau et de couleurs...

Vision sur un petit matin frais...
Vision sur un petit matin frais...

Vision sur un petit matin frais...

A regarder en écoutant un petit air de musique...

Partager cet article

8 août 2015 6 08 /08 /août /2015 12:38

Voilà je travaille sur mon futur calendrier 2016, c'est un peu dur sous ce soleil d'imaginer les mois  plus frais de mai et de janvier, mais voici un mois à deviner!

 

Aquarelles au jardin...resuite.

Partager cet article

26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 23:29

Par ce joli mois de Juillet, j'ai repris mes pinceaux et mes couleurs et voici qu'apparaissent des petits êtres malins sur mon papier à dessin...

Ils sont de toutes les saisons...
Ils sont de toutes les saisons...Ils sont de toutes les saisons...
Ils sont de toutes les saisons...

Ils sont de toutes les saisons...

Partager cet article

24 juillet 2015 5 24 /07 /juillet /2015 21:41

Les expositions continuent à louvigné du Désert sur le thème des "Voyages"

A découvrir ou redécouvrir mes toiles,  mes "Anamorphose" et les oeuvres des autres artistes...

 

"Voyages"

dans le temps, dans l'espace, sur la terre  ou ailleurs...

du 31juillet  au 23 aout 2015

Expositions Estivales de Louvigné du Désert

organisées par l'association Fées des Z'Arts

Bon voyage!
Bon voyage!

Bon voyage!

Partager cet article

4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 22:15
Que deviennent les oeuvres du peintre, après qu'il ait replié son ombrelle.

Michelle nous a quitté, laissant derrière elle des tableaux, des dessins, tous plus émouvants les uns que les autres, pour moi. Ils me rappellent tout ce temps partagé dans un atelier.

Michelle au chevalet.

Michelle au chevalet.

Nature morte d'après modèle
Nature morte d'après modèle

Nature morte d'après modèle

Masques de Venise en relief, le Jouvenceau et la Dame de Chandai en glacis.
Masques de Venise en relief, le Jouvenceau et la Dame de Chandai en glacis.
Masques de Venise en relief, le Jouvenceau et la Dame de Chandai en glacis.

Masques de Venise en relief, le Jouvenceau et la Dame de Chandai en glacis.

Et encore du sable et des herbes et de la peinture...

Et encore du sable et des herbes et de la peinture...

Que deviennent les oeuvres du peintre, après qu'il ait replié son ombrelle.Que deviennent les oeuvres du peintre, après qu'il ait replié son ombrelle.Que deviennent les oeuvres du peintre, après qu'il ait replié son ombrelle.

Voilà, qui pourra me dire ce que deviennent toutes ces oeuvres... Après que l'Artiste s'en soit allé.

Que deviennent les oeuvres du peintre, après qu'il ait replié son ombrelle.

Partager cet article

26 avril 2015 7 26 /04 /avril /2015 12:48

Fiche 13

A la manière de Magritte

J'ai découvert René Magritte en primaire, un poster représentant son tableau la grande famille était exposé dans le couloir de l'école "la Fontaine" à Berlin. Je ressentais une grande émotion à la vue de cette représentation à chaque fois que je passais devant. A l'époque je ne savais pas que c'était de René Magriite, je ne l'ai su que beaucoup plus tard.

Aussi j'ai pensé faire découvrir ce peintre aux enfants et faire avec eux une oeuvre à la manière de René Magritte, simple et ludique.

lors de mes aventures picturales j'ai ramené 3 clichés de posters de composition à la manière de René Magritte et je m'en suis inspiré pour faire cette création  à la manière de René Magritte.

Voici les photos pas très nettes.

la pipe

la pipe

la bouteille

la bouteille

la pierre

la pierre

La pipe

Fournitures : feuille de couleur marron 25cm sur 33cm à peu près, feuille noire, feuille balnche, pastel blanc, fusain, colle, ciseaux, règle,

Sujet : à la manière de magritte

Documentation : les oeuvres de Magritte

Déroulement :

Examiner les oeuvres du peintre, discuter échanger que représente t il? pourquoi c'est magique? pourquoi c'est pas possible? Prendre ensuite la feuille marron et avec une règle et le crayon à papier, tracer des lignes droites horizontales tous les 3 cm en partant du haut. Tracer ensuite des perpendiculaires tous les 6 cm en partant de la gauche, mais en alternance pour faire comme un mur de pierres expliquer aux enfants que dans la réalité, cela permet au mur d'être solide.

Ensuite appliquer le principe des ombres et de la lumière sur chaque brique.  Si la lumière vient de gauche en haut mettre un trait blanc , au pastel sec, à la craie sur chaque brique en haut à l'horizontal, et à gauche en vertical (petit trait). Mettre l'ombre en bas de la brique un trait à l'horizontal et un petit trait à la vertical à droite. Regardez la photo c'est simple.

Arts plastiques : fiche technique 13... à la manière de Magritte.Arts plastiques : fiche technique 13... à la manière de Magritte.

Déccouper ensuite un rectangle noir qui fera la fénêtre, 12cm sur 20cm a peu près.Coller cette surface en haut à gauche du mur. Un trait blanc peut être mis le long du rectangle noir sur le mur, à droite et en bas de celui ci, pour faire un rebord de lumière.

Arts plastiques : fiche technique 13... à la manière de Magritte.Arts plastiques : fiche technique 13... à la manière de Magritte.

Sur un rectangle blanc de 12cm sur 16cm, proposer aux enfants de faire un dessin à la manière de René Magritte. Feuilleter les livres, chercher ce qui représente René Magritte. Ne pas intervenir, laisser l'enfant libre de son dessin, de son choix. Attention tracer un cadre de 5 mn autour du rectangle avant de commencer le dessin.

Arts plastiques : fiche technique 13... à la manière de Magritte.Arts plastiques : fiche technique 13... à la manière de Magritte.
Arts plastiques : fiche technique 13... à la manière de Magritte.Arts plastiques : fiche technique 13... à la manière de Magritte.Arts plastiques : fiche technique 13... à la manière de Magritte.
Arts plastiques : fiche technique 13... à la manière de Magritte.Arts plastiques : fiche technique 13... à la manière de Magritte.

Colorier le dessin aux crayons de couleurs, je pense que c'est le mieux. Colorier le cadre au feutre rouge ou orange c'est bien. Souligner le cadre en violet par exemple,  pour mettre les ombres, côté en haut au dessous, côté droit  à droite, côté gauche à droite et côté du bas en dessous. voir le croquis ci dessous.

Arts plastiques : fiche technique 13... à la manière de Magritte.

Le dessin et cadre terminés coller le rectangle légèrement en biais comme sur le modèle. Ensuite mettre les ombres au fusain léger, en bas et à droite du cadre. Et dessiner l'ombre d'une pipe s'inspirer pour cela des modèles de pipes de René Magritte. Et touche finale dessiner une légère fumée qui sort de la pipe.

Voilà à vous de faire!

deux dessins de Oscar et Arthur.
deux dessins de Oscar et Arthur.

deux dessins de Oscar et Arthur.

Partager cet article

16 avril 2015 4 16 /04 /avril /2015 07:48

Les jeunes du lycée pro Jean Guehenno avaient le projet depuis un an de réaliser une peinture murale dans leur foyer.

J'ai eu le plaisir de les aider  en quelques séances à mener à bien leur projet.

Une fresque au lycée pro Jean Guéhenno de Fougères
Sur une trentaine de dessins voici ci- dessus, celui qui a été retenu pour la peinture murale.
Sur une trentaine de dessins voici ci- dessus, celui qui a été retenu pour la peinture murale.
Sur une trentaine de dessins voici ci- dessus, celui qui a été retenu pour la peinture murale.

Sur une trentaine de dessins voici ci- dessus, celui qui a été retenu pour la peinture murale.

et voici ce que donne le dessin sur le mur du foyer. Les élèves en pleine action.
et voici ce que donne le dessin sur le mur du foyer. Les élèves en pleine action.et voici ce que donne le dessin sur le mur du foyer. Les élèves en pleine action.
et voici ce que donne le dessin sur le mur du foyer. Les élèves en pleine action.et voici ce que donne le dessin sur le mur du foyer. Les élèves en pleine action.

et voici ce que donne le dessin sur le mur du foyer. Les élèves en pleine action.

Le dessin préparatoire a été parfaitement respecté, c'est un très beau travail réalisé par les élèves.

Partager cet article

5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 00:23

Que peut on trouver sous les voiles d'une femme?

A l'ombre d'un voile...

Voici un tableau, ombre et lumière... à l'acylique et à l'huile avec un peu de patine... et un peu de rêve... et d'espoir pour le triste sort fait aux femmes dans certains pays.

Partager cet article

4 avril 2015 6 04 /04 /avril /2015 11:50
L'aquarelle originale fait 23cm sur 31 cm

L'aquarelle originale fait 23cm sur 31 cm

Une petite aquarelle pour fêter Pâques.

Partager cet article

20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 13:54
Victor Hugo de l'écrivain, Homme politique au dessinateur..Victor Hugo de l'écrivain, Homme politique au dessinateur..Victor Hugo de l'écrivain, Homme politique au dessinateur..
Victor Hugo de l'écrivain, Homme politique au dessinateur..Victor Hugo de l'écrivain, Homme politique au dessinateur..Victor Hugo de l'écrivain, Homme politique au dessinateur..

Victor Hugo grand écrivain était aussi un dessinateur passionné, maniant le pinceau avec un réel talent. Voici ici quelques un de ses dessins à la plume et lavis d'encre brune et gouache sur papier velin.

Son oeuvre multiple comprend aussi des discours politiques à la Chambre des pairs, à l'Assemblée constituante et à l'Assemblée législative.

Voici ici un discours à lire et relire et à méditer

Bonne Lecture!

 

VI QUESTION DES ENCOURAGEMENTS AUX LETTRES ET AUX ARTS
10 novembre 1848.
M. LE PRÉSIDENT.-L’ordre du jour appelle la discussion du budget rectifié de 1848.
M. VICTOR HUGO.-Personne plus que moi, messieurs ( Plus haut ! plus haut !), n’est pénétré de la nécessité, de l’urgente nécessité d’alléger le budget ; seulement, à mon avis, le remède à l’embarras de nos finances n’est pas dans quelques économies chétives et détestables ; ce remède serait, selon moi, plus haut et ailleurs ; il serait dans une politique intelligente et rassurante, qui donnerait confiance à la France, qui ferait renaître l’ordre, le travail et le crédit… ( agitation ) et qui permettrait de diminuer, de supprimer même les énormes dépenses spéciales qui résultent des embarras de la situation. C’est là, messieurs, la véritable surcharge du budget, surcharge qui, si elle se prolongeait et s’aggravait encore, et si vous n’y preniez garde, pourrait, dans un temps donné, faire crouler l’édifice social.
Ces réserves faites, je partage, sur beaucoup de points, l’avis de votre comité des finances.
J’ai déjà voté, et je continuerai de voter la plupart des réductions proposées, à l’exception de celles qui me paraîtraient tarir les sources mêmes de la vie publique, et de celles qui, à côté d’une amélioration financière douteuse, me présenteraient une faute politique certaine.
C’est dans cette dernière catégorie que je range les réductions proposées par le comité des finances sur ce que j’appellerai le budget spécial des lettres, des sciences et des arts.
Ce budget devrait, pour toutes les raisons ensemble, être réuni dans une seule administration et tenu dans une seule main. C’est un vice de notre classification administrative que ce budget soit réparti entre deux ministères, le ministère de l’instruction publique et le ministère de l’intérieur.
Ceci m’obligera, dans le peu que j’ai à dire, d’effleurer quelquefois le ministère de l’intérieur. Je pense que l’assemblée voudra bien me le permettre, pour la clarté même de la démonstration. Je le ferai, du reste, avec une extrême réserve.
Je dis, messieurs, que les réductions proposées sur le budget spécial des sciences, des lettres et des arts sont mauvaises doublement. Elles sont insignifiantes au point de vue financier, et nuisibles à tous les autres points de vue.
Insignifiantes au point de vue financier. Cela est d’une telle évidence, que c’est à peine si j’ose mettre sous les yeux de l’assemblée le résultat d’un calcul de proportion que j’ai fait. Je ne voudrais pas éveiller le rire de l’assemblée dans une question sérieuse ; cependant, il m’est impossible de ne pas lui soumettre une comparaison bien triviale, bien vulgaire, mais qui a le mérite d’éclairer la question et de la rendre pour ainsi dire visible et palpable.
Que penseriez-vous, messieurs, d’un particulier qui aurait 1,500 francs de revenu, qui consacrerait tous les ans à sa culture intellectuelle, pour les sciences, les lettres et les arts, une somme bien modeste, 5 francs, et qui, dans un jour de réforme, voudrait économiser sur son intelligence six sous ? ( Rire approbatif.)
Voilà, messieurs, la mesure exacte de l’économie proposée. ( Nouveau rire.) Eh bien ! ce que vous ne conseilleriez pas à un particulier, au dernier des habitants d’un pays civilisé, on ose le conseiller à la France. ( Mouvement.)
Je viens de vous montrer à quel point l’économie serait petite ; je vais vous montrer maintenant combien le ravage serait grand.
Pour vous édifier sur ce point, je ne sache rien de plus éloquent que la simple nomenclature des institutions, des établissements, des intérêts que les réductions proposées atteignent dans le présent et menacent dans l’avenir.
J’ai dressé cette nomenclature ; je demande à l’assemblée la permission de la lui lire, cela me dispensera de beaucoup de développements. Les réductions proposées atteignent :
Le collège de France,
Le muséum,
Les bibliothèques,
L’école des chartes,
L’école des langues orientales,
La conservation des archives nationales,
La surveillance de la librairie à l’étranger… (Ruine
complète de notre librairie, le champ livré à la contrefaçon !)
L’école de Rome,
L’école des beaux-arts de Paris,
L’école de dessin de Dijon,
Le conservatoire,
Les succursales de province,
Les musées des Thermes et de Cluny,
Nos musées de peinture et de sculpture,
La conservation des monuments historiques.
Les réformes menacent pour l’année prochaine :
Les facultés des sciences et des lettres,
Les souscriptions aux livrés,
Les subventions aux sociétés savantes,
Les encouragements aux beaux-arts.
En outre,-ceci touche au ministère de l’intérieur, mais la chambre me permettra de le dire, pour que le tableau soit complet,-les réductions atteignent dès à présent et menacent pour l’an prochain les théâtres. Je ne veux vous en dire qu’un mot en passant. On propose la suppression d’un commissaire sur deux ; j’aimerais mieux la suppression d’un censeur et même de deux censeurs. ( On rit.)
UN MEMBRE.-Il n’y a plus de censure !
UN MEMBRE, à gauche.-Elle sera bientôt rétablie !
M. VICTOR HUGO.-Enfin le rapport réserve ses plus dures paroles et ses menaces les plus sérieuses pour les indemnités et secours littéraires. Oh ! voilà de monstrueux abus ! Savez-vous, messieurs, ce que c’est que les indemnités et les secours littéraires ? C’est l’existence de quelques familles pauvres entre les plus pauvres, honorables entre les plus honorables.
Si vous adoptiez les réductions proposées, savez-vous ce qu’on pourrait dire ? On pourrait dire : Un artiste, un poëte, un écrivain célèbre travaille toute sa vie, il travaille sans songer à s’enrichir, il meurt, il laisse à son pays beaucoup de gloire à la seule condition de donner à sa veuve et à ses enfants un peu de pain. Le pays garde la gloire et refuse le pain. ( Sensation.)
Voilà ce qu’on pourrait dire, et voilà ce qu’on ne dira pas ; car, à coup sûr, vous n’entrerez pas dans ce système d’économies qui consternerait l’intelligence et qui humilierait la nation. ( C’est vrai !)
Vous le voyez, ce système, comme vous le disait si bien notre honorable collègue M. Charles Dupin, ce système attaque tout ; ce système ne respecte rien, ni les institutions anciennes, ni les institutions modernes ; pas plus les fondations libérales de François Ier que les fondations libérales de la Convention. Ce système d’économies ébranle d’un seul coup tout cet ensemble d’institutions civilisatrices qui est, pour ainsi dire, la base du développement de la pensée française.
Et quel moment choisit-on ? C’est ici, à mon sens, la faute politique grave que je vous signalais en commençant ; quel moment choisit-on pour mettre en question toutes ces institutions à la fois ? Le moment où elles sont plus nécessaires que jamais, le moment où, loin de les restreindre, il faudrait les étendre et les élargir.
Eh ! quel est, en effet, j’en appelle à vos consciences, j’en appelle à vos sentiments à tous, quel est le grand péril de la situation actuelle ? L’ignorance. L’ignorance encore plus que la misère. ( Adhésion.)
L’ignorance qui nous déborde, qui nous assiége, qui nous investit de toutes parts. C’est à la faveur de l’ignorance que certaines doctrines fatales passent de l’esprit impitoyable des théoriciens dans le cerveau confus des multitudes. Le communisme n’est qu’une forme de l’ignorance. Le jour où l’ignorance disparaîtrait, les sophismes s’évanouiraient. Et c’est dans un pareil moment, devant un pareil danger, qu’on songerait à attaquer, à mutiler, à ébranler toutes ces institutions qui ont pour but spécial de poursuivre, de combattre, de détruire l’ignorance !
Sur ce point, j’en appelle, je le répète, au sentiment de l’assemblée. Quoi ! d’un côté la barbarie dans la rue, et de l’autre le vandalisme dans le gouvernement ! ( Mouvement.) Messieurs, il n’y a pas que la prudence matérielle au monde, il y a autre chose que ce que j’appellerai la prudence brutale. Les précautions grossières, les moyens de police ne sont pas, Dieu merci, le dernier mot des sociétés civilisées.
On pourvoit à l’éclairage des villes, on allume tous les soirs, et on fait très bien, des réverbères dans les carrefours, dans les places publiques ; quand donc comprendra-t-on que la nuit peut se faire aussi dans le monde moral, et qu’il faut allumer des flambeaux pour les esprits ? ( Approbation et rires.)
Puisque l’assemblée m’a interrompu, elle me permettra d’insister sur ma pensée.
Oui, messieurs, j’y insiste. Un mal moral, un mal moral profond nous travaille et nous tourmente. Ce mal moral, cela est étrange à dire, n’est autre chose que l’excès des tendances matérielles. Eh bien, comment combattre le développement des tendances matérielles ? Par le
développement des tendances intellectuelles. Il faut ôter au corps et donner à l’âme. ( Oui ! oui ! Sensation.)
Quand je dis : il faut ôter au corps et donner à l’âme, vous ne vous méprenez pas sur mon sentiment. ( Non ! non !) Vous me comprenez tous ; je souhaite passionnément, comme chacun de vous, l’amélioration du sort matériel des classes souffrantes ; c’est là, selon moi, le grand, l’excellent progrès auquel nous devons tous tendre de tous nos voeux comme hommes et de tous nos efforts comme législateurs.
Mais si je veux ardemment, passionnément, le pain de l’ouvrier, le pain du travailleur, qui est mon frère, à côté du pain de la vie je veux le pain de la pensée, qui est aussi le pain de la vie. Je veux multiplier le pain de l’esprit comme le pain du corps. ( Interruption au centre.)
Il me semble, messieurs, que ce sont là les questions que soulève naturellement ce budget de l’instruction publique discuté en ce moment. ( Oui ! oui !)
Eh bien, la grande erreur de notre temps, c’a été de pencher, je dis plus, de courber, l’esprit des hommes vers la recherche du bien-être matériel, et de le détourner par conséquent du bien-être religieux et du bien-être intellectuel. ( C’est vrai !) La faute est d’autant plus grande que le bien-être matériel, quoi qu’on fasse, quand même tous les progrès qu’on rêve, et que je rêve aussi, moi, seraient réalisés, le bien-être matériel ne peut et ne pourra jamais être que le partage de quelques-uns, tandis que le bien-être religieux, c’est-à-dire la croyance, le bien-être intellectuel, c’est-à-dire l’éducation, peuvent être donnés à tous.
D’ailleurs le bien-être matériel ne pourrait être le but suprême de l’homme en ce monde qu’autant qu’il n’y aurait pas d’autre vie, et c’est là une affirmation désolante, c’est là un mensonge affreux qui ne doit pas sortir des institutions sociales. ( Très bien ! -Mouvement prolongé.)
Il importe, messieurs, de remédier au mal ; il faut redresser, pour ainsi dire, l’esprit de l’homme ; il faut, et c’est là la grande mission, la mission spéciale du ministère de l’instruction publique, il faut relever l’esprit de l’homme, le tourner vers Dieu, vers la conscience, vers le beau, le juste et le vrai, vers le désintéressé et le grand. C’est là, et seulement là, que vous trouverez la paix de l’homme avec lui-même, et par conséquent la paix de l’homme avec la société. ( Très bien !)
Pour arriver à ce but, messieurs, que faudrait-il faire ? Précisément tout le contraire de ce qu’ont fait les précédents gouvernements ; précisément tout le contraire de ce que vous propose votre comité des finances. Outre l’enseignement religieux, qui tient le premier rang parmi les institutions libérales, il faudrait multiplier les écoles, les chaires, les bibliothèques, les musées, les théâtres, les librairies.
Il faudrait multiplier les maisons d’études pour les enfants, les maisons de lecture pour les hommes, tous les établissements, tous les asiles où l’on médite, où l’on s’instruit, où l’on se recueille, où l’on apprend quelque chose, où l’on devient meilleur ; en un mot, il faudrait faire pénétrer de toutes parts la lumière dans l’esprit du peuple ; car c’est par les ténèbres qu’on le perd. ( Très bien !)
Ce résultat, vous l’aurez quand vous voudrez. Quand vous le voudrez, vous aurez en France un magnifique mouvement intellectuel ; ce mouvement, vous l’avez déjà ; il ne s’agit que de l’utiliser et de le diriger ; il ne s’agit que de bien cultiver le sol.
La question de l’intelligence, j’appelle sur ce point l’attention de l’assemblée, la question de l’intelligence est identiquement la même que la question de l’agriculture.
L’époque où vous êtes est une époque riche et féconde ; ce ne sont pas, messieurs, les intelligences qui manquent, ce ne sont pas les talents, ce ne sont pas les grandes aptitudes ; ce qui manque, c’est l’impulsion sympathique, c’est l’encouragement enthousiaste d’un grand gouvernement. ( C’est vrai !)
Ce gouvernement, j’aurais souhaité que la monarchie le fût ; elle n’a pas su l’être. Eh bien, ce conseil affectueux que je donnais loyalement à la monarchie, je le donne loyalement à la république. ( Mouvement.)
Je voterai contre toutes les réductions que je viens de vous signaler, et qui amoindriraient l’éclat utile des lettres, des arts et des sciences.
Je ne dirai plus qu’un mot aux honorables auteurs du rapport. Vous êtes tombés dans une méprise regrettable ; vous avez cru faire une économie d’argent, c’est une économie de gloire que vous faites. ( Nouveau mouvement. ) Je la repousse pour la dignité de la France, je la repousse pour l’honneur de la république. ( Très bien ! Très bien !)
(Source : https://fr.wikisource.org/wiki/Discours_%C3%A0_l%E2%80%99Assembl%C3%A9e_constituante_1848)

 

Si je suis d'accord avec la phrase dite de Victor Hugo:

" Vous trouvez que la culture coute cher... Essayer l'ignorance "

 

Je n'adhère pas à tous les arguments de ce discours.

Victor Hugo de l'écrivain, Homme politique au dessinateur..

Partager cet article